Des arbres Bio dans les Yvelines !

Promeneuses, promeneurs, lors de votre prochain rendez-vous dans une de nos forêts départementales, observez ! Observez la vie qui s’y développe, observez les arbres, observez le sol, sa litière, observez ce foisonnement d’êtres minuscules, souvent microscopiques, grouiller dans le moindre interstice, dans le moindre fragment de matière organique. Rien de surprenant à cela, la forêt, ultime espace de développement écologique, regorge d’une biodiversité indispensable à son équilibre et à sa survie. Continuez d’observer et approchez-vous de cet arbre aux racines dénudées, à l’écorce fragile, au tronc creusé ou au bois rongé de galeries d’insectes xylophages*, prenez le temps de le saluer et de saluer la vie qui s’y développe. Vous êtes face à un arbre « Bio » !

Arbre "Bio", quézaco?

Non, un arbre « Bio », ce n’est pas un arbre cultivé selon le cahier des charges de l’Agriculture Biologique. Ce n’est pas non plus un label ou une certification attribuée par un organisme spécialisé mais bel et bien un arbre riche d’une biodiversité que vous ne soupçonniez pas !

Le terme d’arbre « Bio » est, en foresterie, relativement récent. Il désigne un arbre vivant ou mort abritant un ou plusieurs habitats écologiques remarquables : cavités racinaires où petits mammifères éliront domicile, loges de pics verts creusées à vifs coups de bec, grands lambeaux d’écorces abritant chauves-souris et insectes ou encore troncs creux où s’accumule le terreau patiemment produit par les organismes décomposeurs et où les fougères et autres végétaux épiphytes* en profiteront pour se développer.

Le Département, "ange gardien" de ces arbres

Jean-Michel Portier, technicien forestier au service Nature et Ecologie du Département des Yvelines est l’ange gardien de ces arbres trop souvent déconsidérés et abattus à cause de leur faible valeur économique. « Au contraire, vous dira-t-il, abattre un arbre « Bio », c’est supprimer des réservoirs de biodiversité indispensables à l’écosystème forestier et à son équilibre. » Les missions de son service sont claires : aménager et gérer les Espaces Naturels Sensibles dont font partie les forêts départementales. C’est ainsi que Jean-Michel arpente méthodiquement nos forêts pour inventorier et marquer les arbres « Bio » d’un sigle qui ne vous apparaîtra plus mystérieux à présent : un triangle jaune chamois dont un des sommets pointe vers le sol. Ce sigle rend ces arbres intouchables jusqu’à leur plus complète décomposition… à moins et seulement à moins que l’arbre ne présente un danger pour le public.

En plus d’identifier et de préserver la biodiversité de nos forêts, cet inventaire permet de suivre avec précision l’évolution de leur qualité écologique grâce à une série d’indicateurs et d’adapter leur gestion en conséquence.

Ainsi chers promeneurs, lors de votre prochaine randonnée à pied dans une de nos forêts yvelinoises , vous ne verrez plus les arbres comme avant et saurez dire à vos enfants et amis à quel point ils sont importants pour la forêt… et donc pour nous, êtres humains.

* Xylophage : qui se nourrit de bois.
* Lignivore : qui décompose le bois
* Epiphyte : qui se sert de plantes comme support pour se développer.