Nouvelle éclosion pour le Camélia !

Bougival

Poussez sans plus attendre la porte du "Camélia",restaurant étoilé qui, après une fermeture de plusieurs mois, s'est offert un nouvel univers très tendance. Façade transformée, cuisine ouverte, table du chef, bar, noblesse et élégance des matières et des couleurs, tout a changé à l’exception de l’essentiel : la cuisine de Thierry et l’accueil d’Elisabeth !

Un repaire de « toqués »

Avant que Jean Delaveyne n’achète en 1958 une auberge en ruine pour en faire le Camélia, l’endroit était déjà couru au XIXème siècle par une élite de gastronomes. L’esprit de ce lieu inspire aussi de nombreux artistes, peintres impressionnistes et écrivains comme Alexandre Dumas, qui s'est autant passionné pour la cuisine que pour l’illustre "Dame aux Camélias" qu’il rencontra ici.
Avec une première étoile obtenue par Jean Delaveyne en 1963 et une seconde en 68, la réputation du lieu n’est pas démentie et le Tout Paris s’y presse. En cuisine, de nombreux chefs aujourd’hui connus et reconnus y ont fait leur classe, comme Michel Guérard, Alain Senderens, Joël Robuchon, Jacques Chibois, Bernard Loiseau, Roland Durand… La liste est longue !
En 2003, c’est au tour de Thierry Conte, actuel propriétaire des lieux, d’obtenir une 1ère étoile au Michelin, renouvelée en 2008, et c’est aujourd’hui toute la quintessence d’un art culinaire ressuscité que vous retrouvez à cette grande table bougivalaise.

Une cuisine néo-traditionnelle inventive

« La cuisine est un art, et le cuisinier un artiste, car il peut exprimer ce qu’il ressent, ce qu’il est réellement » déclare Thierry Conte qui puise son inspiration dans la somme de ses expériences. Et c’est toute la subtilité gustative d'une cuisine savoureuse et de caractère, réinventée en permanence au gré de produits du marché, qui se retrouve dans ses plats concoctés avec passion.
Pour la réouverture du Camélia, c’est le terroir yvelinois qui a inspiré notre chef. Dans le cadre de la première édition de  "Goûts d' Yvelines", il vous propose, jusqu’au 1er décembre,  un menu élaboré avec un produit « made in Yvelines ».
Alors, bien sur, on se laisse tenter …. Et plutôt deux fois qu’une !